GOne – Chapitre III, la première compo

CHAPITRE 3 : La première compo

Mon premier groupe n’avait jamais tenté (ou peut-être n’avait simplement jamais eu l’occasion, n’ayant jamais pu avoir de base suffisamment stable pour pouvoir se lancer sur quoi que ce soit de plus aventureux que de simples reprises) de créer ses propres compositions.

Dès mon adoption dans « G1 » en revanche, Lionel me fit écouter une compo sur laquelle le groupe (en fait, lui essentiellement puisqu’il avait tout écrit pour chacun des instruments) avait planché jusque là ; la version qu’il m’avait transmise, qui portait alors le nom « Ange de mes nuits », était composée sur le logiciel Guitar Pro avec des sons qui ne lui rendaient franchement pas justice (en gros, c’était un instrumental avec un son de Bontempi) et me firent même me demander, à la première écoute et ne sachant pas alors qu’il s’agissait d’une compo : « Qu’est-ce que c’est que cette merde ? »

 

La première fois que j’ai pu l’entendre jouée par Lionel avec une vraie guitare, ça a été un réel soulagement !

Lionel, lors de l'enregistrement studio du morceau 

Il m’a fallu alors me poser le délicat choix de la langue pour écrire les paroles… Préférer le français qui me permettrait de mieux jouer des mots et de dire des choses peut-être plus profondes ? La prudence me fit plutôt opter pour l’anglais, qui me permet de raconter ce que je veux sans que notre public (et notamment mon premier public : le groupe) y prête trop d’attention.

Je choisis de donner une teinte plus sombre au morceau (préalablement intitulé, donc, « Ange de mes nuits »), souhaitant retrouver le ton de cet album dont l’atmosphère me semble le modèle de ce que je pourrais vouloir chanter : Garbage, le premier album de Garbage (l’un des 5 meilleurs albums du monde), à la fois hargneux et sombre.

Plusieurs autres influences m’ont imprégnées pour cette première chanson : il y a une référence rapide à Disintegration de Cure (dont la version live qui figure sur le EP « Entreat » -et que j’utilise ici en lien- est bien meilleure que l’original, soi-dit en passant); Scheer, pour le titre de la chanson (« Wish You Were Dead »); Deftones dont j’écoutais beaucoup à ce moment-là le « Mini-Maggit (Back to school) » [attention le lien renvoie vers une reprise du morceau original, je n’ai pas trouvé de lien vers l’original, dont on apprend sur la page Wikipedia dédiée que le morceau est renié par le groupe, qui ne l’aurait composé que pour démontrer à sa maison de disque qu’il était facile de sortir un single à succès; je le trouve très bien ce morceau, moi!] et dont je voulais reprendre l’esprit de la scansion sur les couplets pour insuffler une certaine énergie au chant ; Rob Dougan (« Left Me For Dead« ) pour la hargne du refrain ; …et ‘Torn’ de Natalie Imbruglia (authentique !) pour la vision globale de la scène. 

 

Le morceau n’étant pas particulièrement facile à jouer, il nous fallut un peu de temps pour le maîtriser, et il fut longtemps notre seule compo, premier morceau que nous pûmes avoir le plaisir d’enregistrer en studio (dans une version sans doute un peu trop aseptisée, réalisée par Hervé, qui validait avec ce projet sa formation d’ingénieur du son) et la fierté de fixer sur CD  puis de publier sur notre page Myspace.

 

Pochette du "single", réalisée par Stéphane B.
Assez complexe dans sa construction, je trouve honnêtement le morceau plutôt mâture pour une première compo ; je n’ai pas encore trouvé de raison d’en rougir non plus pour ce qui concerne la partie chantée, que ce soit au niveau du texte ou au niveau de la technique de chant (c’est d’ailleurs sans doute notre compo la plus délicate à chanter pour moi). 

 

Le nouveau mix n’est pas encore disponible mais ne devrait plus tarder ; il figurera sans doute en bonne place sur notre page Myspace (sur laquelle vous pouvez en attendant entendre la version « studio » précédente, un peu trop soft à notre goût), je posterai un commentaire en suivi de ce billet pour avertir mes nombreux lecteurs de sa disponibilité.

 

WISH YOU WERE DEAD

 

Hey darling can’t be sure

Don’t know if I live anymore

Bent down by your rule

Just been sent back to school

 

Well I know for sure

You left me for dead

Lying on the floor

With a wound to my head

 

And I know for sure

You left me ashore

Just like you said

And I know

I know

I know

I know

You left me for dead.

 

Hey honey when we said

“Remember how it always ends”

Guess I’d come to believe

That this rule could be cheated

 

But I know for sure

You left me for dead

Lying on the floor

With a wound to my head

 

And I know for sure

You left me ashore

Just like you said

And I know

I know

I know

I know

You left me for dead.

 

Lying on the floor

No sound but my breath

You left me sore

My skin turned to shreds

 

I know for sure

You left me for dead

Lying on the floor

With a wound to my head

 

And I know for sure

You left me ashore

Much like you said

And I know

I know

I know

I know

You left me for dead

 

I wish you were now

I wish you were now

I wish you were dead

I wish, I hope, I pray, I choke

I want you dead

Dead

Dead

Dead.

Mise à jour de l’article le 25/12/2011, j’ajoute la vidéo de la version enregistrée à La Goguette le 22 octobre 2011 en illustration.

Une réflexion sur “ GOne – Chapitre III, la première compo ”

  1. Akodostef sur

    Mise à jour de l’article avec l’ajout en illustration sonore de l’enregistrement du morceau lors de notre concert à La Goguette le 22 octobre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *