Comment se mange le tamarin ?

Ca fait… disons, un certain temps que j’habite à Paris dans le 13e arrondissement, et à proximité du quartier Chinois. Pourtant, j’ai beau faire régulièrement des emplettes dans les Tang Frères et assimilés, j’ai encore rarement l’occasion de consommer des produits véritablement exotiques (dont ces supermarchés regorgent pourtant), soit parce qu’ils ne me donnent pas envie soit surtout parce que… la plupart du temps, je n’ai pas la moindre idée de ce qu’ils sont, à quoi ils servent, ni comment on les cuisine.

Parti hier acheter des produits classiques (nems, sauces nuoc-mam et autres), je me suis retrouvé à un moment au milieu du magasin à constater qu’en fait, j’achetais toujours les mêmes trucs, et qu’à part ce que j’avais acheté les seuls trucs que je me verrais éventuellement acheter en plus, ce seraient des produits qu’on peut trouver dans des supermarchés traditionnels français… je me suis donc décidé à prendre un truc au pif, pour expérimenter. Et tant qu’à faire, comme j’avais faim là tout de suite, mon choix s’est porté sur des petits machins à grignoter, et donc sur l’un des trucs qu’on trouve toujours chez Tang Frères juste à côté des caisses (là où dans les supermarchés français on aurait des chewing-gums et des bonbons) : une boîte de « Sweet Tamarind » (« Tamarin doux ») !

Hmmm... du "Sweet Tamarind"... Ca doit être bon, non ?

J’ai découvert ensuite que le tamarin était un fruit originaire de l’Inde, en fait, et pas de Chine, mais peu importe.

Une fois de retour à la maison, j’ai ouvert le paquet et mangé mon premier tamarin et là… je me suis dit que je ne le mangeais probablement pas comme il fallait, parce que c’était vraiment bizarre. Et effectivement, à l’instar de la première fois où j’ai goûté des œufs de caille (avec la coquille) et de celle où j’ai mangé mon premier edamame (avec la gousse), il y a un truc à savoir que j’ignorais.

Comme je n’ai pas trouvé de page en français qui l’illustre clairement, je me dit aujourd’hui qu’un petit article explicatif pourrait potentiellement être utile à d’autres neuneus dans mon genre qui fourrent bêtement les trucs supposés comestibles dans leur bouche sans se poser de question sur la façon dont ces trucs sont censés se consommer.

Comment le tamarin « frais » se mange-t-il, donc ?

Exposé en cinq photos :

Le tamarin entier, avec sa cosse : étonnamment, non, on ne le mange pas comme ça

1. Vous aurez compris, je pense, à la lecture de ce qui a précédé, que la méthode appropriée pour manger du tamarin n’est PAS de le croquer tel qu’il se présente (même si en fait, pour l’avoir fait -et avoir mangé ce premier tamarin comme ça en entier-, c’est bizarre mais pas immangeable du tout).

2. Il faut en fait briser la cosse semi-rigide du tamarin (ça peut se faire à la main sans outil particulier, la cosse se brise sur une légère pression des doigts et est assez friable une fois entamée).

Une cosse en partie détruite, qui révèle la pulpe en-dessous

3. Une fois la cosse entièrement retirée, voici ce qu’on découvre :

La pulpe, avec sa membrane filandreuse extérieure

Boulotter directement le tamarin à cette étape n’est toujours pas une bonne idée, parce qu’il y a une sorte d’exosquelette en fibre qui parcourt la pulpe, que vos dents ne parviendront pas à déchiqueter.

4. Il faut donc tirer sur cette structure filaire pour la détacher de la pulpe et ainsi libérer cette dernière, pour pouvoir enfin la manger ! Évidemment, à ce stade-là, on a plutôt l’impression d’avoir un caca dans son assiette, mais bon…

La pulpe, entièrement séparée de la structure filaire. Oui, ça ressemble à un caca.

5. Attention ! Dans la pulpe vous attend encore un dernier piège : des graines assez jolies, mais aussi dures que des cailloux.

Il y a plusieurs noyaux trèèès durs, à l'intérieur du fruit

Une note finale : même si la pulpe du tamarin est assez bonne dans l’absolu, tout ça ne fait pas vraiment du tamarin le genre de snack idéal pour grignoter en faisant autre chose (il faut double-éplucher, d’abord la cosse, puis les fils ; il faut recracher les graines et tous ces déchets doivent être stockés quelque part; enfin, la pulpe elle-même est assez collante, donc on a nécessairement les doigts gluants… pas top), mais bon…

23 réflexions sur “ Comment se mange le tamarin ? ”

  1. Jika sur

    Je suis déçu mais déçu !
    Le point 2 « comment ouvrir le merdier, là », mériterait une vidéo !

    Prochain article sur les noisettes (ça sera ptet l’occasion de voir si un jour quelqu’un en a mangé une entière), tu nous expliqueras comment ça s’ouvre ? Hein, dis, hein ?

    :D

  2. Akodostef sur

    Sans déc’ : il faut pas les manger entières, les noisettes ??!
    ^_^

  3. Jika sur

    Bah non sinon ça se stocke dans ton estomac et ça empêche M. Hankey d’aller à la piscine !

  4. Stoeffler sur

    Enfin, y’a des personnes qui n’emmenent M. Hankey a la piscine que toutes les semaines et pas plus, donc je pense pas que ca change grand-chose…

  5. Akodostef sur

    Ah pardon, vos digressions absconses me font penser à préciser que le tamarin a des effets laxatifs. Gare donc à la gourmandise !

  6. Jika sur

    @ Stöeff : c’est bien ça qu’est-ce que je disais ! M. Hankey il aimerait bien aller à la piscine tous les deux jours, mais c’est pas possible, y a trop trop de monde au guichet !
    Ce qui fait que quand il peut y aller, le premier truc qu’il fait, c’est tout casser sur son passage en frottant tous les murs avant de faire une bonne grosse bombe dans le petit bassin… Limite il casse la faïence, tu vois ?

  7. Vortigern sur

    Vous êtes en train de manger là ? Moi, oui. MALEDICTION !

  8. Gattaca sur

    moi qui suis chinoise je peux juste vous dire que je n’ai jamais mangé de tamarin frais, et ce n’est en tout cas pas un usage dans ma famille… (à la différence des longans, lychees, poires chinoises, mandarines voire durian frais par exemple, qui sont populaires…) Le tamarin, assez amer, se mange surtout sous forme de bonbons séchés déjà décortiqués et séparés, recouverts de sucre… on peut aussi en boire le jus ou le trouver sous forme de condiment en pâte, mais là c’est pareil, le goût assez prononcé en fait un mets à réserver aux palais les plus avertis ou aventuriers… Bref, l’initiative était bonne, y a juste eu une erreur de casting ;)

  9. Jika sur

    Ha, tu manges devant ton PC.
    Une sorte de tête à tête moderne, quoi :)

  10. admin
    admin sur

    Haï, juste pour dire que ton commentaire est passé la case « modération » parce que tu t’es trompé dans ton adresse mail :)

  11. Bonjour,

    il n’est absoluement pas frais.
    Ayant vécu à djibouti 2 ans, nous les avions directement sur les arbres. la chair est blanche et vire au rouge quand ils sont très murs.

  12. Akodostef sur

    Tu noteras que j’avais noté « frais » entre guillemets ;)
    Ce que je voulais dire c’était « pas déjà préparé », quoi. Je plaide non coupable !

  13. nonime sur

    une solution pour ce fruit si particulier

    serait de l’ecosser puis de le faire tremper dans une bouteille d’eau avec une filet de citron et un peu de sucre …

    citronnade enfin tamarinade exotique assurer, passer le jus obtenue au chinois

  14. onso sur

    Hello,
    Il existe différents type de tamarind – j’ai aussi goûter le tamarind thailandais (celui que vs mentionné plus haut) mais au goût je trouve pas si terrible. Moi j’adore le tamarind indien, qui est lui très acide et qu’on utilise dilué dans l’eau dans les curry indien – c’est un régal – et on peut aussi le manger tel quel si on aime et supporte son acidité – toutefois le tamarind indien est beaucoup plus difficile à nettoyer – à bon entendeur!

  15. michel sur

    pas mauvais du tout PRODUCT OF THAILAND

    et laxatif naturel sans donner la coulante, alors pas d’hésitation en cas pbm constipation
    chronique. Avis du médecin c’est mieux ?

  16. gébé sur

    Et après toutes ces manips, comment utilise-t-on la pulpe en cuisine ??? par curiosité j’ai acheté quelques gousses en me disant que je trouverai des recettes…. mais je ne trouve pas…
    Pouvez-vous m’aider ? merci

  17. bibiche sur

    quand tu manges une pêche, tu n’avales pas la peau et le noyau, quand tu manges une banane t’arrive t-il de l’avaler avec la peau ? pas besoin d’un mode d’emploi pour manger un fruit, juste un petit pépin de logique !!!

  18. Akodostef sur

    Hmmm… j’assume clairement le ridicule de la situation (vu que j’ai écrit cet article ;) ) mais par contre l’argument que tu soulèves ne me paraît pas pertinent : quand je mange une pomme, je mange la peau, mais pas le trognon, quand je mange un haricot vert je mange tout, mais il faut faire bouillir longtemps la betterave ou le navet pour pouvoir les goûter… bref, tous les fruits ou légumes ne se consomment pas de la même façon et il n’y a rien d' »évident » à la bonne façon de consommer un truc que tu n’as jamais vu : tu sais comment manger une pêche parce que tu en as déjà mangé une, et probablement que quand tu l’as mangée la première fois, soit tu étais seule et tu as été précautionneuse en commençant par des petites bouchées pour voir comment ça se passait (apprentissage par expérience), soit tu t’es claquée les dents sur le noyau parce que tu ne savais pas qu’il y en avait un (idem, apprentissage par expérience), soit tu étais avec quelqu’un qui t’a montré comment le manger (sans doute un parent quand tu étais enfant)(apprentissage par mimétisme). Ça n’est jamais une question de « logique », j’en veux pour preuve que les singes mangent apparemment les bananes en les épluchant par l’autre extrémité que celle que nous humains considérons comme la plus évidente… et qu’effectivement, la méthode des singes est peut-être la plus pratique des deux, mais pourtant nous continuons à nous conforter au modèle « évident », « logique » qui n’est en fait qu’un héritage culturel…

  19. Ivry sur

    J’ai acheté exactement la même boîte de SWEET tamarind et contrairement à l’intervenante chinoise plus haut, moi je peux affirmer qu’au Laos, on mange le tamarin comme tu l’as fait, en l’épluchant et en guise de snack. C’est sucré et acidulé, ça remplace donc avantageusement un bonbon, d’autant qu’en plus, c’est sain et plein de vertus !
    Je me souviens qu’au Mexique, quand j’étais petit, on mangeait des dulces de tamarindo, à savoir des bonbons à base de tamarin, de sucre et de chile (piment). Trop bon ! Je crois que ça se fait ailleurs aussi.
    Bref le fruit n’est pas ragoûtant mais il est délicieux ! Vivement ma prochaine expédition chez Tang ! :)

  20. Michèle sur

    bravo ! les explications étaient très claires, et j’ai enfin compris comment préparer le tamarin.
    merci

  21. Xant sur

    +gébé on
    Bonjour, si ta recherche de recettes pour consommer le tamarind est encore d’actualité…
    je procède comme l’indique nonime one :
    je fais tremper la cosse que j’épuche ensuite faciement
    je récupère après nouveau trempage la pulpe en l’écrasant (à la fourchette)
    je sème les graines
    Recettes salées :
    – j’utilise la pulpe dans mes sauces de curry en l’ajoutant au gee dans lequel j’ai fait revenir les épices au moment de l’ajout du bouillon
    – en mélange avec la pâte à pains, crêpes, etc…
    – sauce BBQ notamment pour les grillades ou planchas de poissons et crustacés
    Sucrées :
    – glaces et sorbets
    – sirop (anesthésie le mal aux gencives des bébés)
    – crèmes
    – salades de fruits

  22. Aglaé sur

    j’en ai trouvé à 1,99 € chez Grand Frais et me suis lancée pareil, en me disant que je trouverais bien des infos sur internet pour savoir quoi en faire ! merci donc !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *