Slipknot

Leur joli logo

Aujourd’hui je vais essayer de briser certains à priori sur le groupe américain Slipknot. Des à priori que j’admets avoir eu lorsque j’en ai entendu parler pour la première fois il y a presque 20 ans… et oui leur premier album est sorti en 1999, mec!

Quand je considère 20 ans de carrière pour un groupe, la première chose qui me vient à l’esprit, c’est que ce n’est surement pas un hasard si un groupe dure aussi longtemps et reste au top de son genre. C’est probablement parce que Slipknot a su se renouveler régulièrement et a réussi à conquérir un public fidèle tout au long de ces années qu’il perdure encore de nos jours.

A la manière de Marilyn Manson qui a beaucoup joué sur la provocation (notamment avec toutes les rumeurs qui ont gravitées autour de ses concerts), Slipknot est arrivé sur le devant de la scène métal avec fracas et son lot de controverse: musique violente, paroles politiques et nihilistes, apparement des concerts chaotiques où les différents membres du groupe se mettent littéralement sur la gueule, sautent dans la foule depuis le haut des enceintes, etc… ça n’est pas anormal que l’Amérique puritaine, mais aussi le reste du monde, ait fait de la mauvaise publicité au groupe, surtout que leur musique violente a apparemment inspiré certains ados à commettre des crimes. Mais on a aussi entendu que ce genre d’incidents étaient liés aux jeux vidéos ou aux jeux de rôles… enfin on n’est pas ici pour parler politique car on pourrait tirer les mêmes conclusions avec les armes à feu, hein?

La belle brochette!

 

Cette image provocatrice n’est pas non plus aidée par leur apparence sur scène et dans leurs clips – chaque membre porte un masque qui pourrait être tout droit sortir d’un film d’épouvante – ou bien les membres ne sont connues que par leur pseudonyme, qui est un numéro, de #1 à #9.

Leur formation est également inhabituelle: deux guitares, une basse, un chant, une platine et trois percussions. Oui, trois percussions. TROIS! Et apparement dans leur show, ces percus sont placées sur des plateformes qui montent et qui descendent pendant les morceaux, ce qui produit une impression chaotique sur scène, pimentée par des effets pyrotechniques de toute beauté.

C’est l’apocalypse sur scène!

 

Comme je viens de le décrire dans cette courte introduction, il est facile de sauter sur l’occasion et de casser du sucre sur le dos du groupe. Oui, parce que leur musique est très violente, que les percussions peuvent faire mal à la tête, que le chant est très (voire trop) bourrin et qu’il serait facile d’en rester là en se contentant de stéréotypes – mais je ne m’en suis pas tenu à cela, et je n’aime pas les stéréotypes. Même si je ne suis pas fan de leur discographie dans sa totalité, je dois avouer que certaines de leur chansons sont géniales, avec de vraies mélodies et Corey Taylor le chanteur a une sacrée voix, puissante qu’il maintient à la limite du cri rauque mais qu’il peut à tout moment faire basculer dans un registre tout à fait différent et mélodique, le tout dans une même chanson.

Et surtout, les mecs sont des bêtes techniquement et assurent le spectacle en live. Le niveau de production au fils des années est excellent: d’un premier album où on sent que y’a pas forcément les moyens, le son atteint lors des trois derniers albums est d’une limpidité époustouflante pour une musique qui est censée être apocalyptique; j’aime à appeler ça de la violence contrôlée. Selon moi, c’est balèze de faire à la fois de la musique agressive et abrasive mais aussi de pouvoir produire, non pas des ballades, mais des morceaux beaucoup plus mélodiques qui pourrait très bien passer dans les oreilles du grand public.

Je ne prendrais des exemples musicaux que sur les trois derniers albums car le premier je ne connais pas bien et le deuxième Iowa, j’ai du mal – beaucoup de mal. Iowa, qui pourtant a remporté un succès fracassant, si on peut me permettre le jeu de mot facile, je ne peux supporter qu’une chanson à la fois (et encore), mais je ne peux pas encaisser l’album en entier; c’est trop intense, trop violent, trop abrasif et ça me laisse les tympans en sang.

Le tournant musical du groupe selon moi est venu de Vol. 3: (The Subliminal Verses) sur lequel se trouvent deux de leur meilleurs morceaux: Duality (le clip et la chanson sont tout simplement immenses) et Before I forget qui a reçu un Grammy et peut également se trouver sur le jeu vidéo Guitar Hero III. All Hope Is Gone (un titre d’album que j’adore…) puis .5: The Grey Chapter complètent leur discographie de 5 albums, ce qui n’est pas tant que cela en 20 ans de carrière et qui maintient mon idée originelle que les gars ont le luxe de prendre leur temps et préfèrent la qualité et non pas la quantité.

C’est sur que le la musique de Slipknot ne pourra pas plaire à tous, forcément pas. Des riffs surpuissants, une voix qui beugle souvent, une batterie sans concession avec de la double pédale à gogo, toutes ces caractéristiques sont leur fer-de-lance et leur marque de fabrique; mais Slipknot ca n’a pas simplement ça.

 

Ce que je vais essayer de faire à présent, c’est de vous proposer quatre morceaux complètement différents, qui je l’espère montreront la palette de leur éventail musical.

On commence doucement avec une chanson acoustique, qui pourra convenir à tout public. On se rend compte sur cette version que la voix de Corey Taylor a un timbre assez haut et qu’il peut chanter dans un registre tout à fait différent de ce que à quoi on peut s’attendre. Voici donc Circle:

 

On enchaîne avec une chanson définitivement rock qui je pense marie bien le côté lourd du groupe et ses percussions intenses, avec une voix qui n’est toujours pas bourrin mais dont on peut deviner toute la puissance dans le refrain. Place à Dead Memories:

 

Bon Duality est sans doute LA chanson du groupe – parfaite pour se mettre en condition si on veut se taper un sprint ou avoir la rage avant un combat, le morceau est mélange presque parfait entre phrasé agressif et susurrements, le tout est accompagné d’un bon gros riff de guitare et d’un rythme effréné aux percussions.

En plus de cela, la vidéo est mythique. Le groupe a réuni de vrais fans (on remarquera que ces fans n’ont pas été filtré pour être bogosses à l’image) pour littéralement trasher une baraque en ruine – il y a de la buée sur la caméra et on pourrait presque ressentir l’énergie de la vidéo, qui a dû être très fun à tourner!

 

Enfin, je vous propose un morceau tiré du dernier album qui une nouvelle fois mélange les contrastes au niveau du chant, ce qui montre l’étendu de la palette vocale de Corey Taylor. On ne peut aussi qu’applaudir la clarté des instruments en toile de fond, avec une très bonne production qui donne une impression musicale limpide. Certainement le morceau le moins accessible de tous, la vidéo est particulièrement gore, hein, je préfère prévenir si y’a des jeunes. On finit donc avec The Devil and I

3 réflexions sur “ Slipknot ”

  1. Akodostef sur

    Merci pour l’article, qui m’a donné l’occasion de m’intéresser au groupe, dont j’avais une vision manifestement réductrice puisque tu montres assez clairement qu’ils peuvent jouer sur des registres très différents. J’avais entendu des morceaux des débuts et c’était trop violent pour moi ; là ça reste pas trop mon truc mais pas parce que c’est inaudible (quoiqu’en écrivant j’écoute d’autres morceaux, et c’est plus proche de ce que j’avais en mémoire).
    J’aime quand même assez leur esthétique (dans le genre « cirque de l’horreur »), et les clips sont plutôt réussis (pour qui aime ce registre). Mais après 15 minutes d’écoute pour me faire un avis plus solide, ça reste musicalement vraiment pas ma came :/

  2. Stoeffler
    Stoeffler sur

    J’apprecie l’effort ^^
    Tu n’apprecies meme pas les morceaux pas bourrins?
    Par contre c’est marrant que tu preferes leur esthetique crasseuse (qui est dans certains cas assez malsaine) – petite anecdote interessante: certains membres du groupe changent de masques et costumes a chaque album (on peut le voir sur les photos).

    Je comprends tout a fait que ce soit pas ta came, il y a tout de meme dans la majorite des morceaux un point commun qui est percussions assez intenses et tout de meme c’est assez violent… apres comme toi j’ai un seuil de tolerance, qui doit certainement etre plus haut, et certains de leur morceaux je ne peux pas encaisser – inaudible.
    Mais ceux que je peux ecouter, je suis tout de meme admiratif de leur technicite et de leurs melodies.

  3. Akodostef sur

    Eh… J’ai réécouté les vidéos que tu as postées dans l’article, ça m’a plus plu cette fois :)
    J’en déduis que ta sélection est plutôt bonne, comme souvent ;)

    Oui, j’ai été voir la fiche wikipedia du groupe, et j’avais repéré les évolutions des masques, plus ou moins réussies selon -mais ça contribue au côté « sympa » (enfin, je me comprends :p) du groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *